Conséquences de la filiation

Pour l'enfant né de parents mariés entre eux, l'exercice conjoint est un effet automatique de la filiation. Pour l'enfant né de parents non mariés entre eux lors de l'établissement de la filiation, il faut distinguer deux situations :
 
- si la filiation est établie à l'égard des deux parents dans le délai d'un an après la naissance, ils l'exercent conjointement et de façon automatique ;
- si la filiation n'est établie qu'à l'égard d'un seul parent, l'exercice de l'autorité parentale est unilatéral. Le second parent qui établira sa filiation postérieurement au délai d'un an devra solliciter de l'autre parent la souscription d'une déclaration conjointe adressée au greffier en chef du tribunal de grande instance ou saisir le juge aux affaires familiales qui statuera en fonction de l'intérêt de l'enfant. Toutefois, la mère voit sa filiation automatiquement établie au jour de la déclaration de naissance  ce qui suppose qu'elle bénéficie dans tous les cas de l'exercice de l'autorité parentale. Pour le père en revanche, il conviendra qu'il établisse sa filiation, dans le délai d'un an qui suit la naissance, afin de pouvoir exercer l'autorité parentale conjointe.
 
Si la filiation est établie judiciairement, l'enfant peut être confié provisoirement à un tiers qui sera chargé d'ouvrir une tutelle ce qui suppose tout de même qu'aucun des parents ne soit en état d'exercer l'autorité parentale.