Modalité d'intervention

 

Le professionnel tient compte de son cadre d'intervention institutionnel (respect de l’organisation départementale), de ses connaissances, de son expertise et de celle de l'équipe au sein de laquelle il exerce ou de celle des partenaires, eux-mêmes soumis au secret professionnel, en partenariat avec les acteurs concernés sur les territoires.

L’usager est placé au centre des pratiques professionnelles, ce qui induit sa participation réelle et effective. Il est le premier acteur pour faire évoluer sa situation, le professionnel est à ses côtés pour le soutenir et l’accompagner, dans le cadre de ses missions.

L'évaluation est un processus qui doit permettre de repérer et de nommer avec l’enfant et sa famille les facilités/difficultés, pour construire avec eux ensuite les objectifs et actions à mettre en place, en vue d’une amélioration de leur situation.

Le professionnel avance pas à pas avec l’enfant et sa famille, dans l’évaluation et l'analyse des données observées et recueillies. Il s’accorde avec la famille sur une vision partagée de ses besoins et de ses ressources, et construit une relation d’aide, en portant attention au contexte et à la singularité de la situation, notamment en présence d’enfants mineurs.

Dans le cadre de l’évaluation d’une information préoccupante, la posture du professionnel, reste la même, elle implique la participation effective des familles et la co-construction du plan d’aide.

En conclusion, ces modalités d’intervention concernent donc  tout contexte de travail nécessitant d'évaluer la situation d'un mineur : accompagnement social, mesure ASE (en milieu ouvert ou en accueil), information préoccupante. Pour autant, toute situation évaluée ne relève pas systématiquement d’un accompagnement social ou médico-social ou d’une mesure de protection de l’enfant.

L’évaluation est un préalable à un accompagnement des enfants et des familles, adapté à chaque situation

et aux besoins des enfants présents.