Approche écologique du développement humain

 

Le cadre de référence théorique national sur les besoins de l’enfant s’appuie sur l’approche écologique du développement humain d’Urie BRONFENBRENNER nommée aussi approche éco-systémique2

Cette approche prend en compte de multiples déterminants sur les plans individuel, familial et contextuel. Elle envisage les enfants et les parents non pas dans un microcosme clos mais inséré dans une constellation de sous-systèmes incluant la famille élargie et l’environnement ; chaque sous-système étant porteur de ressources et de contraintes, de facteurs de protection et de risques. L’enfant est alors reconnu dans ses interactivités avec l’ensemble des systèmes qui gravitent autour de lui.

Elle met l’accent sur l’importance de l’environnement à travers 5 systèmes qui interagissent constamment entre eux dans le développement humain. Cela permet de mieux comprendre par exemple comment se construisent les expériences d’un enfant dans un contexte donné.

L’enfant se situe :

  • dans un microsystème qui concerne ses relations intrafamiliales,
  • un mésosystème (crèche, école,…),
  • un exosystème (la famille élargie, les institutions et services,…),
  • un macrosystème (la loi commune, les valeurs sociétales partagées)
  • qui prennent tous place dans un chronosystème (le temps). 

Il s’agit de prendre en compte la singularité de chaque enfant, plus que d’identifier chaque besoin de l’enfant dans l’absolu.

 

1 Cf. U.  BRONFENBRENNER (1979). The Ecology of Human Development: Experiments by Nature and Design. Cambridge, Ma: Harvard University Press.

2 Elle se différencie de l’approche systémique dans le travail social à l’origine de la thérapie familiale. Théorie fondée par Grégory BATESON, développée par l’école de PALO ALTO (1950) sur la communication et ses dysfonctionnements notamment dans le système familial ; les troubles apparaissant notamment comme des modes d’adaptation à une structure pathologique des relations familiales.